<img height="1" width="1" style="display:none" src="https://www.facebook.com/tr?id=4510645542362886&amp;ev=PageView&amp;noscript=1">
logo-cooptalis-2
Entreprise ? Par ici
Contact
Talent ? Par ici
Contact
(SizeLimitingPyMap: {back_to_blog=Revenir au blog, by=par, read=Lecture :, min=min})
Revenir au blog

Etre une femme dans l'informatique, le témoignage de Meriem - Cooptalis

Pauline Jxxx
par Pauline Jxxx Lecture : 3min
LinkedIn Icon Facebook Icon Twitter Icon

Aujourd’hui, c’est le témoignage de Meriem, marocaine de 37 ans qui a fait le choix de se faire accompagner par Cooptalis pour son projet d’expatriation en France en 2019, que nous allons découvrir. 

Parle moi un petit peu de toi, tes études, ton parcours et quel poste tu occupes aujourd’hui ?

Je suis Ingénieur Informatique de formation avec 15 ans d’expérience dans l’IT. J’ai commencé en 2005 après avoir obtenu le diplôme d’Ingénierie informatique au Maroc : j’ai commencé en tant que Conseillère pour le compte HP, puis j’ai occupé différents postes : Expert Métier et Responsable Process et Procédure. J'ai ensuite intégré le groupe Atos où j’ai passé 10 ans de ma carrière en occupant différents postes : Team Leader, Lean consultante et Service Delivery manager. J’ai toujours travaillé avec des clients français.
La France est mon 2ème Pays, je m’y rends depuis mon jeune âge. Connaissant la culture, ceci a motivé mon projet d’expatriation vers la France. Je suis arrivée en fin 2019 et aujourd’hui j’occupe le poste de Responsable Opérationnelles de Comptes.  

Qu’est-ce qui t’a donné envie de t'orienter vers le domaine de l’IT ?

J’ai eu mon BAC en 2001, à l’époque les foyers au Maroc commençaient à s’équiper de PC, c’est un secteur qui était et est encore aujourd’hui en évolution continue. Il touche tous les domaines : la finance, la santé, les transports ou encore l’industrie. L’idée était de découvrir le métier d’informaticien. Au départ et en tant qu’utilisateur, on ne voyait que la partie visible : la bureautique et je me demandais ce qui pouvait bien se passer derrière ces écrans. Il existe bien une partie cachée de l’iceberg : le développement, la conception et l’interconnexion. Avant, les métiers qui avaient le plus de sens aux yeux de la majorité étaient les métiers qui tournent autour de la santé ou de l’enseignement. Le domaine IT était plus destiné aux hommes. Les Ingénieurs ou Architectes informatiques par exemples étaient moins nombreux. L’intégration de la femme dans ce type de domaine commençait, l’informatique était la tendance. J’avais envie de le découvrir.

Durant tes études as-tu remarqué une sous-représentation des femmes ? Etait-ce pour toi une force ou une difficulté ?

La population féminine représentait moins de 50% des effectifs, surtout pour la partie telecom et réseaux. Par ailleurs, on trouvait bien des personnes orientées programmation ou développement mais moins dans le domaine des télécoms.

C’était plutôt une force puisqu’on était dorlotées en tant que femmes. il n’y avait pas d’entrave par rapport à la spécialisation que l’on pouvait choisir, c’était plus le choix de l’orientation. Cela dit, on était épaulées par les professeurs ou les camarades, nous étions toujours les bienvenues dans les travaux et projets de groupes. 

Selon toi, quelles sont les causes de la disparité entre les hommes et les femmes dans ce secteur ?

Selon mon expérience, ma candidature n’a jamais été refusée parce que je suis une femme, aussi bien à l’envoi de ma candidature que pendant les entretiens. On ne m’a jamais fait sentir que le poste est plus adapté pour un homme. La femme est une partie intégrante du domaine IT que ce soit en tant qu’Ingénieur Informatique, Développeur, Architecte, Chef de Projet ou tout autre poste de haute responsabilité. Aujourd’hui il existe des Directrices de Système d’Informations qui chapeautent toutes les activités et services transverses de l’informatique. Pour ma part, je n’ai jamais senti de différence entre hommes et femmes. C’est plutôt au niveau de l’orientation et du choix des études. On se rend compte lors des forums étudiants que les femmes se dirigent moins vers cette voie, c’est plus une question d’orientation et de volonté. Il y a aussi une méconnaissance des métiers, les gens pensent que les métiers de l’informatique c’est internet, mais ce n’est pas tout à fait ça. Parmi nos rôles en tant que femme dans l'IT, la communication reste essentielle notamment par le partage d’expérience et d’informations. 

As-tu l’impression que c’est plus facile de trouver des missions en tant que femme dans l’IT ou égal ou plus compliqué ?

Cela dépend des pôles. Pour tout ce qui est Consulting, Ingénierie, Management de Projet, c’est plutôt recherché. En revanche pour la maintenance, qui nécessite naturellement des interventions sur sites, ce sont des métiers plus difficiles ou à risque et il n’y a pas de femme. En effet, il y a des interventions de nuit avec parfois des déplacements à des dizaines de kilomètres. Je dirais qu’on a plutôt tendance à sécuriser les femmes et je le vois comme quelque chose plutôt positif.

(String: Lire plus)