logo-cooptalis-2
Entreprise ? Par ici
Contact
Talent ? Par ici
Contact
(SizeLimitingPyMap: {back_to_blog=Revenir au blog, by=par, read=Lecture :, min=min})
Revenir au blog

Les médecins titulaires d'un diplôme étranger, une solution au désert médical

Pauline Jxxx
par Pauline Jxxx Lecture : 3min
LinkedIn Icon Facebook Icon Twitter Icon

Depuis quelques années, on constate que le nombre de médecins baisse fortement en France. L’accès aux soins pour tous et ce partout sur le territoire est plus que jamais au cœur des préoccupations, on parle alors de désert médical. Ils concernent aujourd’hui une commune sur trois située tant en zone rurale qu’en zone périurbaine, soit entre 9 à 12% de la population française.

Les déserts médicaux en France

Qu’est-ce qu’un désert médical ?

Un désert médical représente un territoire sur lequel les patients rencontrent des difficultés pour avoir accès à des soins de santé. Cela s’explique par une faible densité en établissements et professionnels de santé par rapport à la population. La notion de désert médical ne se limite pas aux soins de premier recours mais englobe également l’accès aux spécialistes (ophtalmologues, pédiatres…) et à d’autres professionnels de santé (sages-femmes, kinésithérapeutes…).

Quelles en sont les causes ?

Ces déserts médicaux s’expliquent par plusieurs causes :

  • Un grand nombre de praticiens partent en retraite et les nouvelles générations ne compensent pas ces départs dû au niveau insuffisant du numerus clausus.
  • Une répartition inégale des professionnels de santé sur le territoire (médecins, pharmaciens, infirmiers, masseurs-kinésithérapeutes etc.)

Les politiques de santé publique ont réduit dans le passé les dépenses de santé et donc limité le nombre de personnel formé.

 Quelles sont les conséquences ?

Les conséquences de ces déserts médicaux sont plutôt préoccupantes pour les patients.
Il est difficile de trouver un médecin traitant ou spécialiste dans ces zones. Et quand bien même le patient dispose déjà d’un médecin traitant attitré, on observe une forte augmentation du délai d’attente.
Le risque est donc de voir accroître l’automédication, des maladies qui ne sont pas prises en charge assez tôt, davantage de contaminations et de propagation des virus et enfin un encombrement des services d’urgence des hôpitaux les plus proches.

 

Favoriser l’installation des médecins titulaires d’un diplôme étranger en France

Pour faire face au manque de médecins dans certaines zones du territoire le gouvernement prévoit aujourd’hui plusieurs dispositifs tels que le développement des stages de médecine générale, le versement de bourses en contrepartie de l’installation dans ces zones, le soutien des centres et maisons de santé, le développement de la télémédecine et enfin l’aide financière et professionnelle à l’installation et l’exercice de la médecine.

Si la mobilité des professionnels de santé au sein de l'Union Européenne ne peut constituer, à elle seule, une réponse au déficit d'offres de soins dans certaines régions ou établissements français, elle reste une solution pour répondre aux besoins constants des territoires face à cette situation.

Les mesures en place pour les médecins titulaires d’un diplôme européen

Il existe au sein de l’UE un principe de reconnaissance automatique des qualifications permettant aux professionnels de santé d’exercer librement leur art dans l’état de leur choix. Nombreux sont ceux d’ailleurs, qui décident de poursuivre ou compléter leur formation professionnelle dans un autre Etat membre que celui dans lequel ils suivent leur cursus universitaire.

Dans un contexte sanitaire où les échanges interprofessionnels apparaissent plus qu’indispensables, la mobilité des professionnels de santé permet le partage des compétences et la formation professionnelle afin de répondre aux crises sanitaires à venir.

Alors que les réformes successives paraissent encore trop peu ambitieuses, la crise sanitaire liée au COVID-19 a également incité le gouvernement français à prendre plusieurs mesures en faveur des praticiens à diplômes étrangers (hors UE).

Ce qui change suite au COVID-19 pour les médecins à diplômes hors UE

Un dispositif est mis en place pour régulariser la situation d’un certain nombre de médecins en possession de diplômes étrangers (hors UE) dits PADHUE (praticiens à diplôme hors Union Européenne) qui exercent déjà dans des établissements de santé en France et répondant à certaines conditions. 
Par ailleurs, le législateur a ouvert aux praticiens à diplômes hors UE non titulaires d’une autorisation ministérielle d’exercice en France, la possibilité d’exercer dans certains territoires d’Outre-Mer (Guadeloupe, Saint-Martin et Saint-Barthélemy, Guyane, Martinique et Saint-Pierre-et-Miquelon) via une procédure d'autorisation dérogatoire d'exercice.
Il a également rappelé la possibilité de recourir aux professionnels de santé réfugiés (les médecins étrangers ayant la qualité de réfugié peuvent en effet être recrutés par les établissements publics de santé, dans l’attente de passer les épreuves de vérification de connaissances dans le cadre de la procédure d’autorisation ministérielle d’exercice).

Cooptalis médical se positionne comme facilitateur de mobilité en France grâce à une expertise spécialisée dans les ressources humaines et la mobilité dans le secteur de la santé. Cooptalis vous accompagne dans votre recherche d’emploi, la relocation, la formation et peut assurer la réalisation de prestations intellectuelles informatiques.

Alors si vous êtes un professionnel de santé européen et que vous souhaitez vous installer en France ou encore un professionnel de santé déjà en exercice en France contactez-nous.

 

 

(String: Lire plus)