<img height="1" width="1" style="display:none" src="https://www.facebook.com/tr?id=4510645542362886&amp;ev=PageView&amp;noscript=1">
logo-cooptalis-2
Entreprise ? Par ici
Contact
Talent ? Par ici
Contact
(SizeLimitingPyMap: {back_to_blog=Revenir au blog, by=par, read=Lecture :, min=min})
Revenir au blog

Le Peterpanisme au travail, défi des générations Y et Z ?

Edmond Kean
par Edmond Kean Lecture : 3min
LinkedIn Icon Facebook Icon Twitter Icon

L'évolution de la nouvelle génération  dans le monde actif indique une tendance au Peterpanisme.

Mais de quoi parle-t-on exactement ? En quoi ces éléments deviennent des atouts essentiels dans l'entreprise d'aujourd'hui et de demain ? Quand le Peter Pan en chacun de nous s'impose comme une figure positive au travail.

Vous avez plus de 26 ans et vous êtes encore étudiant ? Vous vivez encore chez vos parents ? Le mot « adulte » vous donne des boutons (d’acné bien sûr) ? Vous « kiffez » de faire trois mémoires tout en courant les soirées zinzins ? Vous êtes ok pour avoir une petite amie mais faudrait pas non plus précipiter mariage, enfants, tout ça, tout ça… Et puis, le monde du travail, c’est un peu la mort du fun et de la liberté, non ? 

Vous vous êtes reconnus ? Vous cochez un bon nombre de cases et ça vous inquiète?

Pas de panique, vous n’êtes pas malade ! Non, vous avez, en partie, ce qu’on appelle le syndrome de Peter Pan ou encore le PeterpanismeKésako? On vous explique.

Peter pan et ses multiples avatars 

AdobeStock_41786656

C’est en 1983 qu’un psychologue américain, Dan kiley, décrit le fameux syndrome et ses aspects comportementaux. Avec le temps, ce refus de grandir et de s’engager ou de prendre des responsabilités va devenir un symptôme régulier et fournir de nombreuses réflexions tout au long des décennies. 

Désormais, on a tous en nous quelque chose de Peter Pan, cette volonté de repousser l’âge adulte  ou en tout cas d’en écarter ou reculer certains aspects. Bref, passer la nuit à jouer sur votre console de jeux au lieu d’être responsable et de se coucher tôt, repousser la sortie des études, avoir peur d’entrer dans la vie active, hésiter longuement à se marier ou faire un enfant, etc. 

Vous l’avez compris, on est tous passés par là ! Que l’on appelle cela syndrome Peter Pan, adulescence  ou encore Tanguy, c’est un réel phénomène de société encouragé par les médias et entretenu par le marché : il faut rester jeune, ne pas vieillir et s’en revendiquer. 

Cette peur de la maturité serait-elle un handicap ? Faut-il s’en inquiéter ? Bien sûr, personne ne peut rester un enfant toute sa vie, mais cultiver l’enfant intérieur ou l’ado en soi tout en acceptant certaines responsabilités d’adulte est véritablement à la mode, y compris sur le marché du travail en plein boom juvénile et technologique.

Le monde du travail, le pays des Peter pan ?

AdobeStock_253607477

Le monde a muté et les patrons classiques d’hier ont cédé la place à de jeunes chefs d’entreprises cool et en phase avec l’évolution de la société. La vision du travail et ses outils changent ainsi à toute vitesse. 

Finis les bureaux austères et froids ! Baby foot et consoles de jeux vidéos, terrains de jeux, défis et animations d’équipe, désormais le lieu de travail épouse la devise des adulescents : « travailler en s’amusant » ! Tout doit être ludique pour séduire le jeune, ou moins jeune, salarié. Car ne vous y trompez pas jeune adulescent, vous devenez non seulement un phénomène de société mais aussi un véritable avantage pour votre entreprise !

La créativité et l’innovation sont désormais les maîtres mots dans toutes les stratégies d’entreprise. Or qui mieux qu’un esprit libéré des contraintes limitantes d’adultes avec un regard neuf et un esprit sans barrières peut inventer des  idées hors normes qui pourraient devenir le futur Facebook, Google ou Amazon? 

« Les gens qui ne sont pas conditionnés ont des pouvoirs magiques » Michael Jackson (Un Peter Pan célèbre)

Redevenez des enfants pour imaginez plus loin, plus grand ! Retrouvez l’ado ou l’enfant qui sommeille en vous ! Voilà quelques injonctions magiques de la start-up  branchée. 

Alors, en voilà une bonne nouvelle : « We want you » !

L’éternel étudiant, atout de l’entreprise moderne

AdobeStock_252854481

Cependant, face à certaines insécurités du monde du travail, le Peter Pan  des temps modernes se transforme parfois en « génération boomerang ». Après avoir été Tanguy et avoir su quitter le foyer familial pour assumer bon gré mal gré un rôle d’adulte, le voilà de retour chez ses parents et ne voulant plus quitter les études par peur du marché du travail  ou par ambition d’augmenter son CV de nouveaux diplômes. 

Catastrophe ? Pas du tout ! Le profil d’éternel étudiant est attendu là aussi par les entreprises. Tandis que le marché devient de moins en moins stable et sécurisant pour le salarié d’autrefois, ce sont justement les capacités de flexibilité, d’invention et d’adaptation ou de formation en permanence qui sont recherchées par le monde actuel du travail.

Non, devenir actif ne se résume pas à affronter la jungle et à quitter la joie, la solidarité et l’apprentissage des milieux étudiants. Pour ceux qui couvés par des « parents hélicoptères » (parents trop protecteurs pour rendre les enfants indépendants) auraient peur d’être désormais seuls face aux responsabilités d’un emploi, rassurez-vous !

 On vous le redit : on a besoin de vous et beaucoup d’entreprises évoluent vers vos besoinsLe recrutement actuel combine à la fois hard, soft et mad skills, c’est-à-dire vos diplômes et compétences scolaires mais aussi vos capacités à évoluer en équipe, votre intelligence émotionnelle tout comme vos loisirs et hobbies personnels. Votre personnalité est un tout qui apporte ce grain de folie dont raffole certaines entreprises. Il y a donc de bonnes raisons de croire que vos craintes peuvent facilement disparaitre avec des offres de plus en plus adaptées aux nouveaux profils des éternels étudiants.

Alors que faire ? Comment plonger dans le bain avec assurance ?

  1. Prenez confiance en vous et en vos capacités : n’hésitez pas à faire un bilan de compétences. 
  2. Prenez le temps de découvrir vos souhaits professionnels quitte à « papillonner » dans le monde actif et accumuler des expériences.
  3. N’hésitez pas à être indépendant, être Freelance, pour maitriser vos horaires, votre rythme, vos objectifs. Rien ne vous empêche de devenir salarié plus tard.
  4. Le Slashing est un moyen efficace d’éviter l’ennui d’un travail répétitif au quotidien : multipliez les activités comme les artistes de la Renaissance ! Soyez multi-compétences, multi-emplois. Assumez votre côté couteau-suisse.
  5. Ne lâchez pas les études ! Travaillez en alternance, utilisez votre CPF pour upgrader vos connaissances ou simplement être à la page dans vos domaines. 

 Vous en voulez plus ?  Pour aller plus loin 

(String: Lire plus)