logo-cooptalis-2
Entreprise ? Par ici
Contact
Talent ? Par ici
Contact
(SizeLimitingPyMap: {back_to_blog=Revenir au blog, by=par, read=Lecture :, min=min})
Revenir au blog

Sport au travail, une opportunité unique pour les entreprises

Sophie Lavergne
par Sophie Lavergne Lecture : 3min
LinkedIn Icon Facebook Icon Twitter Icon

Gilles Lechantre, co-fondateur de Cooptalis, est intervenu lors de la huitième édition de l'Université des entrepreneurs Hauts de France qui se tenait en présentiel, dans la métropole lilloise, à Marcq en Baroeul, le 7 juillet dernier. Près de 800 entrepreneurs et institutionnels étaient réunis autour du thème “Sources / Ressources. Faire au mieux aujourd’hui pour préparer le monde d’après”, l’occasion de partager réflexions et enseignements des transformations liées à la crise sanitaire. Le ton de ces rencontres était donné avec un décor végétal et une séance de méditation de pleine de conscience : au centre l’humain, les parties prenantes de l’entreprise, dirigeants et collaborateurs.

Parmi les invités au programme de la séance plénière de la matinée : rencontre et échanges avec Ludovic Dujardin, fondateur et dirigeant de Petit Bambou (l’application-star de méditation en ligne), interventions d’Olivier Létang président du club de foot régional le LOSC (actuel champion de France) et de Gilles Lechantre, fondateur de Cooptalis.

Le bien-être au travail, sujet reconnu d’utilité entrepreneuriale

En ligne avec les valeurs de Cooptalis (Engagement, Diversité, Audace et Plaisir), Gilles Lechantre a pris la parole sur le bien-être au travail, rappelant combien il était devenu indispensable à la réussite du projet d'entreprise. Il a notamment expliqué en quoi le sport représentait aujourd’hui une opportunité pour les entreprises pour faire rayonner leur projet et leur marque, en proposant une expérience collaborateur unique et mémorable, en prouvant leur engagement sociétal via leur contribution à l’amélioration de la santé publique (1).

L’idée qui voudrait que la santé et le bien-être des collaborateurs ne sont pas du ressort direct de l’entreprise est aujourd’hui bien dépassée. Le sujet désormais bien connu a fait et fait l’objet de nombreuses études. S’assurer que les collaborateurs en poste sont épanouis et se sentent bien sont des facteurs avérés de performance (2), fidélisation, rétention autant que d’attractivité. Et dans des périodes de pénuries de Talents comme celle que nous connaissons actuellement, la qualité de vie au travail (QVT) est plus que jamais un enjeu déterminant.

Si l’amélioration globale des conditions de travail passe par de nombreux leviers, au premier rang desquels un management bienveillant fondé sur la reconnaissance, la responsabilisation ou encore un environnement agréable, le sport pourrait bien y tenir une place majeure, selon Gilles Lechantre.

Sport et entreprise, un mariage gagnant

Aujourd’hui seules 18% des entreprises proposent à leurs collaborateurs de faire du sport pendant leurs heures de présence sur leur lieu de travail. Ce pourcentage est inéquitablement réparti et est directement associé à la taille de l’organisation, allant de 40% dans les grandes entreprises à seulement 4% pour les TPE, selon une étude publiée par Harvard Business Review (3).

Pourtant "une société qui propose une offre de « sport en entreprise" à ses salariés est perçue comme ouverte d’esprit (84%), bienveillante (82%), et stimulante (80%)”. Parmi les bénéfices les plus notables de la pratique sportive en entreprise : l’amélioration du ressenti de bien-être des salariés, une meilleure gestion du stress ; le renforcement de l’esprit d’équipe et l’intégration des nouveaux facilitée (4), la création d’une dynamique entrepreneuriale et l’amélioration de la productivité des salariés

Chez Cooptalis, la liste de ces bienfaits est largement connue et reconnue, la passion du sport étant partagée par l’ensemble des équipes à travers le monde. Depuis les fondateurs Olivier Desurmont, ancien membre de l'équipe de France de water-polo, et Gilles Lechantre, compétiteur de triathlon, aux membres du comité de direction et collaborateurs, les équipes comptent de nombreux sportifs, amateurs ou de haut niveau. Participation à des compétitions, semi-marathons, Iroman, organisation de tournois de football, cours de pilates, de danse ou programme de cardio-vitalité, toutes les occasions sont bonnes pour pratiquer. Chacune de ces initiatives démontrent que les valeurs du sport sont aussi celles qui permettent à une entreprise de réussir : effort, engagement, collectif, plaisir, endurance, chance…

Des pratiques encouragées

Le sujet des bénéfices liés à l’activité physique et sportive prend une ampleur croissante dans notre quotidien pour de multiples raisons, allant de la nécessité de prévenir les maladies chroniques, aux aspirations de vie équilibrée des jeunes générations. La crise sanitaire a certes contraint les salles, clubs et entraînements classiques à faire une pause, mais en parallèle, l'épidémie a activé une prise de conscience forte : le sport s’avérant un moyen efficace pour lutter contre les pathologiques facilitant la contraction du virus (hypertension, obésité etc.)

A cette perception accrue s’ajoute la perspective des JO 2024 dont une des ambitions est de “faire bouger” la population française dans son ensemble.

De son côté, l’Etat compte également participer activement à cet essor, notamment via des encouragements financiers à destination des entreprises. Ainsi, depuis le 1er juin, un décret exonérant de cotisations et contributions sociales les employeurs qui proposent du sport à leurs salariés est paru au Journal Officiel (5). Cette mesure concerne la pris en charge par l'employeur de prestations d'activités physiques et sportives, telles que des cours collectifs, des événements  ou compétitions. Elle est "ouverte à toute entreprise et quel que son son effectif ou la présence ou non d'un CSE " précise le juriste Bruno Patel dans une récent article (6). Le contexte s’annonce donc particulièrement favorable.

Il reste certes encore des freins à lever pour que les sports trouvent toute leur place en milieu professionnel. Le premier blocage avancé par 47% des dirigeants est l’absence d’infrastructure adéquate dans les locaux. Pour y répondre, des solutions de mutualisation des équipements voient le jour, les installations sportives dans les parcs d’affaires et les sièges sociaux connaissent actuellement une croissance rapide (7). Le mouvement sportif saura s'adapter pour offrir des pratiques et des organisations diversifiées, sécurisées et modernes correspondant aux attentes des entreprises. Dans cette équation, les applications numériques qui ont le vent en poupe jouent et joueront elles aussi un rôle de plus en plus important.

Sources :

(1) Le développement de la pratique sportive : moteur d’innovation, enjeu économique, Deloite, 2019
(2) L’envers positif des coûts cachés : la performance par le bien-être, Sens et Idées
      “De plus, les entreprises soucieuses du bien-être de leurs employés ont un CA qui augmente en moyenne de 15%
      par an sur une période de 9 ans. En comparaison, le CA des entreprises où les conditions de travail sont
      médiocres n’augmente en moyenne que de 0,1%”
(3) Le sport en entreprise, bien plus qu’un service en plus, Harvard Business Review France, 2019
(4) Sport en entreprise : quels enjeux pour la Marque employeur ?, Digital Recruiters Blog, 2020
(5) Le sport en entreprise légalisé, L’Equipe, 2021
(6) Eco 121 juillet-août 2021, "La pratique du sport encouragée".
(7) Le sport en entreprise pour donner envie aux collaborateurs de revenir au bureau, Forbes

(String: Lire plus)